Actualités

Déclaration suite aux résultats du 1er tour des élections législatives - Circo 78-02

Les résultats sont tombés, et vous avez été 635 électeurs à m’apporter votre confiance. Mes premiers mots seront « merci à vous » !

Avec cette candidature citoyenne, écologiste et indépendante, j’ai souhaité entre autre proposer de faire de la politique « autrement », être une source de propositions novatrices, réalistes et dépassant les clivages traditionnels.

A ce titre, faire de la politique autrement, c’est aussi accepter de reconnaître que 1,3% des suffrages est comptablement un score décevant, malgré une progression de plus de 150 voix depuis l’élection partielle de mars 2016.

Cette campagne fut particulièrement chaotique d’un point de vue logistique. En effet, pour cette élection il était convenu avec les mouvements qui me soutenaient que les affiches électorales seraient personnalisées, de même pour les professions de foi. Suite à une erreur administrative de celles et ceux qui s’occupaient de la création de la profession de foi, elle fut invalidée par la commission de propagande, au titre du non-respect du code électoral. Aucun d’entre vous n’avez reçu, parmi les envois postaux, un document me concernant.

Quel gâchis quand l’on sait qu’en mars 2016, je réalisais 2% des suffrages alors que seulement 40 000 profession de foi avaient été imprimées pour 91 000 électeurs. Lors de cette campagne éclair, sans moyens et sans médias, les résultats étaient véritablement encourageants.

Si cette année l’ensemble des électeurs avait été informé de ma candidature, quel aurait été le résultat ?

Je reste cependant fier de cette campagne, de ces rencontres et reconnaissant aux médias m’ayant accordé du temps de parole (Toutes les Nouvelles, TVFIL78, Vélizy TV…)

Mon engagement reste entier et je continuerai à défendre ces idées, à dénoncer certains projets comme le centre commercial de Châteaufort ou le village de l’automobile à Rambouillet. Je continuerai à militer pour une écologie réaliste et non partisane prenant en considération tous les acteurs de la société. Je continuerai d’être un fervent défenseur de notre territoire, la Vallée de Chevreuse, son PNR et son identité.

Conformément à mon engagement, hors des clivages traditionnels je ne donnerais aucune consigne de vote pour le second tour entre Mr Barrot et Mr Thévenot. J’appelle cependant les électeurs à se mobiliser le 18 juin et à aller voter. Notre démocratie mérite mieux que l’abstention !

Ensemble, nous changerons la politique française

Jérémy BIZET

 

Toutes les Nouvelles - 7 juin 2017

Participation au débat organisé par TVFIL 78 à l'occasion de l'élection législative de la seconde circonscription des Yvelines.

Toutes les Nouvelles - 17 mai 2017

Version numérique : 78actu

L’identité environnementale de la Haute Vallée de Chevreuse demeure en danger !

 

Depuis plusieurs années, plusieurs communes du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse se trouvent face à une situation insolvable avec l’application de la loi ALLURE et l’imposition de construction d’un nombre de logements sociaux disproportionné à l’égard de l’espace disponible.

 

Les élus locaux laissaient entendre que la situation s’améliorait. Ainsi, le Maire de Cernay-la-Ville indiquait que « grâce à son premier projet de logements sociaux il évite les amendes liées à la loi SRU et ramène l’exigence de constructions de 160 à 39 logements », (Journal Les Nouvelles du 2 novembre 2016). Une évolution positive, bien que l’espace disponible et les dispositions de la charte du PNR compliquent la construction de ces logements.

 

Malheureusement, après vérification, ce n’est pas une évolution positive, mais une simple application de la loi ! En effet il ne s’agit que de l’application du code de construction et d’habitation (article L 302-5). « Sont concernées les communes dont la population est au moins égale à 1 500 habitants en Ile-de-France, qui sont comprises, au sens du recensement de la population, dans une agglomération ou un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre de plus de 50 000 habitants comprenant au moins une commune de plus de 15 000 habitants, et dans lesquelles le nombre total de logements locatifs sociaux représente, au 1er janvier de l'année précédente, moins de 25 % des résidences principales… »
« (…) Pour atteindre le taux de 25 %, le conseil municipal définit un objectif de réalisation de logements locatifs sociaux par période triennale. Il ne peut être inférieur au nombre de logements locatifs sociaux nécessaires pour atteindre, au plus tard à la fin de l'année 2025, ce taux mentionné à l'article L. 302-5. »

 

Pour continuer sur l’exemple de Cernay-la-Ville, voilà ce qui est prévu par la réglementation :
Pour la première période triennale, 2017/2018/2019, 25 % des logements sociaux prévue soit 39 nouveaux logements sociaux
Pour la deuxième période triennale, 2020/2021/2022, 33 % des logements sociaux prévue soit 52.
Pour la troisième période triennale, 2023/2024/2025, 50 % des logements sociaux prévue soit 79.

 

Il est par conséquent normal que les amendes ne soient pas dues, si la commune respecte ce calendrier ! Le problème, pour Cernay-la-Ville, comme pour les autres communes concernées reste entier, et risque à terme de défigurer le territoire de la Haute Vallée de Chevreuse, reconnue par tous comme un site exceptionnel et pour lequel les populations et les élus se mobilisent depuis plus de 40 ans, afin de préserver ce « poumon vert » aux portes de Paris.

France Ecologie demande plus que jamais aux autorités compétentes de l’Etat de se saisir sans tarder de ce dossier afin, dès janvier 2017, de faire évoluer les périmètres intercommunaux et ainsi de dispenser les communes de la Haute Vallée de Chevreuse d’une obligation impossible à mettre en œuvre en l’état !

 

Jérémy BIZET – Délégué départemental de France Ecologie
Dominique JULIEN-LABRUYERE – Conseiller municipal de Cernay-la-Ville – Vice-président de France Ecologie

France Écologie dit non au « Village de l'automobile » à Rambouillet

 

France Écologie, mouvement politique écologiste prônant une écologie réaliste et pragmatique s'oppose totalement au projet de « village de l'automobile » porté par la communauté d'agglomération Rambouillet Territoires.

 

Bien que nous ne nous opposions pas, par principe, à l'automobile et au développement de ce secteur, conscients qu'aujourd'hui un grand nombre de français ne peuvent se passer de ce moyen de déplacement, nous rejetons le projet de bétonner encore une fois des terres et espaces naturels. Le sud-yvelines n'a pas besoin de ce projet. Notre territoire est déjà suffisamment fourni en Zone d'Activités Commerciales, à Rambouillet, Coignière, Trappes ou encore Velizy.

 

Nous invitons Rambouillet Territoires à :

 

1° Revoir leur projet et privilégier le regroupement des concessionnaires au sein du Centre Commercial du Bel Air déjà existant, sans extension sur les terres agricoles voisines, quitte à le ré-organiser en profondeur en déplacent certains commerces.

 

2° A écouter les revendications pertinentes de l'Association ADRY, qui propose de faire de cet espace un pôle agricole bio multifonctionnel et de proximité.

 

France Écologie soutien et encourage toute initiative en faveur de l'agriculture biologique, agriculture d'avenir et financièrement viable tant pour les professionnels que pour la société. Nous appelons à cette occasion à une baisse, voir une suppression de la TVA sur les produits ayant le label AB français.

 

Concernant l'automobile, nous rappelons que France Écologie propose entre autre, de subventionner les véhicules électriques, hybrides, à combustion d'hydrogène mais également GPL afin d'encourager les constructeurs et automobilistes à investir dans ces énergies. Actuellement, les choix de véhicule « propre » sont trop peu nombreux. France Écologie souhaite également que les pouvoirs publics investissent dans les infrastructures routières afin d'éliminer les bouchons, grande source de pollution atmosphérique, ne délaissant pas pour autant, les investissements en faveur des transports en commun.

 

Jérémy Bizet, délégué départemental de France Ecologie

Participation au débat organisé par TVFIL 78 à l'occasion de l'élection législative partielle de la seconde circonscription des Yvelines.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jérémy BIZET, délégué France Ecologie - www.france-ecologie.eu